William Jennings Bryan est né en 1860. Fils d'un père baptiste et d'une mère méthodiste, sa vie entière fut guidée par la religion.
Après des études de droit à Chicago, il arrive au Nébraska où il entre en politique. Il est élu au congrès en 1890, à 30 ans, en tant que démocrate. Il ne sera ré-élu en 1892 qu'à 140 voies près, et perdra finalement sa place en 1894.

Eloquent, William Jennings Bryan sera le candidat du parti démocrate pour les élections présidentielles de 1896. A 36 ans, il sera le plus jeune candidat de l'histoire des USA. Critiquant ouvertement banques et sociétés de chemins de fer, dénonçant les trusts, il fait parti des "argentistes" (voulant que la valeur de la monnaie ne soit pas uniquement garantie par l'Or, mais aussi par l'Argent, ce qui aurait pour impact de générer plus de monnaie, et donc donner plus de monnaie à la population. A cette époque, la valeur des denrées agricoles avait brutalement chuté et les paysans se retrouvaient incapables de payer leurs dettes. La faible disponibilité de monnaie, en raison de la relative rareté de l'Or, favorisait les credit crunch : pas assez d'offre de crédit par rapport à la demande de crédit.)

Se voulant de défenseur de l'américain ordinaire, William Jennings Bryan eu, pour l'élection 1896, le soutient du parti populiste.

Malgré une campagne marathon, il perdit l'élection contre McKinley.

Bien qu'ayant soutenu la guerre entre les USA et l'Espagne en 1898, Bryan devint anti-impérialiste et s'opposa à l'annexion des Philippines. Pacifiste, il fut à nouveau le candidat du parti démocrate pour les élections de 1900, mais fut à nouveau vaincu.

Après cette seconde défaite, Bryan s'orienta plus vers la religion, donnant de très nombreux discours destinés aux chrétiens. Créant un journal "The Commoner", il y exhorte les démocrates à nationaliser les chemins de fer et dissoudre les trusts. En 1906 à Londres, il présente un plan à la conférence inter-parlementaire pour la paix afin de régler les disputes entre pays afin de mettre fin aux guerres.

Il est, pour la troisième et dernière fois, le candidat malchanceux des démocrates à l'élection présidentielle en 1908.

Il soutient en 1912 le candidat démocrate Woodrow Wilson, qui, une fois élu à la Maison Blanche le nommera secrétaire d'état. Il démissionnera de son poste en 1915 convaincu de l'entrée prochaine de son pays dans la première guerre mondiale.

William Jennings Bryan finira sa carrière politique en luttant pour la prohibition de l'alcool, et le droit de vote des femmes.

Bryan et la Darwinisme

Avant la grande guerre, Bryan avait une certaine confiance envers le progrès moral des hommes, pensant que l'avenir amènerait une société égalitaire en Amérique, et un monde où tous les pays seraient en paix.

Les horreurs de la première guerre mondiale lui firent changer d'avis, et alors qu'il n'avait été qu'un opposant banal à la théorie de l'évolution de Darwin, il découvrit en elle le symbole de la décadence morale de ce début de XXeme siècle. Le culte de Dieu avait été remplacé par le culte du surhomme Nietzschien, les valeurs d'amour chrétiennes par "la survie du plus apte".

Prèchant la bible comme vérité fondamentale, William Jennings Bryan attaqua alors sans relâche la théorie de Darwin, essayant d'en limiter la propagation et l'enseignement. Il essaya ainsi de faire passer des lois interdisant l'enseignement de la théorie de l'évolution des espèces vivantes dans les écoles.