Avril 2001 au Guilvinec

 
Les marins sont foutus.
Ils peuvent bien gueuler ce qu'ils veulent.
Sauf à avoir une récession mondiale, le pétrole n'a pas finit de monter.
Dans quelques années, ça coutera moins cher à la société de les payer à rien foutre, plutôt que d'alimenter leurs bateaux en hydrocarbures.

La fin d'un monde. La fin de la croissance.

Beaucoup de nos activités ne sont possibles qu'avec une énergie quasi-gratuite.

Une énergie chère, une énergie rare. Notre monde va se gripper. Beaucoup de bateaux vont s'arrêter. Et pas que des bateaux.


Un panorama que j'ai fait au Guil en 2001, on voie le roue-lève.